1 salarié sur 5 accepterait un salaire inférieur en échange de l’emploi de ses rêves

« Le descriptif de la fonction doit occuper une place plus importante dans le dialogue entre l'employeur et le salarié »

Le salarié belge est généralement très satisfait de son travail. Cela est principalement dû au contenu de la fonction, à la bonne ambiance au sein de l’équipe et aux relations avec les collègues. La question du salaire n’intervient qu'en troisième position pour déterminer le bonheur au travail. C'est ce qui ressort d'une vaste enquête de satisfaction professionnelle menée par le cabinet de recrutement spécialisé Robert Half auprès des salariés belges. « Aujourd'hui, les entreprises et les demandeurs d'emploi négocient encore principalement sur les salaires, mais encore bien trop peu sur le contenu et la flexibilité du futur emploi », déclare Joël Poilvache, Director chez Robert Half.

  • Le contenu de la fonction, une bonne ambiance et de bonnes relations avec les collègues sont les principaux facteurs de satisfaction au travail.
  • Les salariés issus de petites organisations et d’organisations bénéficiant d’une flexibilité accrue sont plus souvent satisfaits de leur travail. 
  • 1 salarié sur 5 accepterait un salaire inférieur en échange de l’emploi de ses rêves
  • Les raisons principales poussant à envisager de changer d’emploi sont le manque de perspectives d’évolution, la recherche d'un nouveau défi et l'insatisfaction par rapport au salaire.

En général, la satisfaction des salariés belges par rapport à leur emploi actuel est au beau fixe : 8 personnes interrogées sur 10 se déclarent entièrement satisfaites de leur emploi actuel. 16 % sont neutres et 8 % sont totalement insatisfaits. C'est ce que montre l'enquête de satisfaction professionnelle à grande échelle commandée par Robert Half.

Le critère essentiel dans l’estimation du bonheur au travail est un contenu de fonction et des tâches intéressantes (68 %), suivi d'une bonne ambiance et de bonnes relations avec les collègues (62 %) et, enfin, d'un bon salaire (49 %). De plus, 34 % ont mentionné avoir le sentiment de faire un travail qui a du sens. Les femmes accordent plus d'importance que les hommes au contenu de la fonction (72 % contre 64 % pour les hommes) et aux bonnes relations avec leurs collègues (70 % contre 54 % pour les hommes). Les hommes, quant à eux, accordent plus d’importance au salaire (55 % contre 44 % pour les femmes).

L'adéquation avec la culture d'entreprise est très importante: dans l'idéal, les candidats doivent se renseigner minutieusement sur la culture d'entreprise au cours d'un entretien pour un poste qu'ils sont susceptibles d'accepter. 

« Aujourd'hui encore, les employeurs et les salariés accordent beaucoup d'importance à la rémunération », déclare Joël Poilvache, Director chez Robert Half. « Pourtant, nous savons que la dimension salariale est vite oubliée et ne détermine plus le bonheur au travail. Les employeurs - surtout en période de pénurie de talents - doivent investir dans une culture d'entreprise forte et donner à leurs employés la possibilité de discuter le contenu de leur fonction. Les candidats devraient également y accorder plus d’importance lorsqu'ils postulent. En effet, notre enquête précédente montre que la culture de l'entreprise et le contenu de la fonction sont les principaux motifs de démission dans un délai de 6 mois. »

CDI, petite organisation et flexibilité

Les employés travaillant dans une petite entreprise1 sont plus susceptibles d’être satisfaits de leur emploi (83 % contre 69 % dans les moyennes entreprises2 et 75 % dans les grandes entreprises3). En revanche, les salariés issus de grandes entreprises valorisent davantage leur salaire pour déterminer leur satisfaction professionnelle (18 % contre 9% dans les moyennes entreprises et 14 % dans les petites entreprises).

Quand les employés peuvent déterminer (partiellement) leurs propres horaires de travail, ils sont plus susceptibles de se déclarer satisfaits (81 %) que s'ils sont tenus de travailler à heures fixes (73 %). Toutefois, la flexibilité n'arrive qu'en cinquième position lorsqu'on leur demande ce qui les rend heureux au travail.

De façon générale, les travailleurs les plus satisfaits sont donc ceux qui disposent d’un contrat à durée indéterminée (77 % contre 69 %), qui travaillent dans une petite organisation et qui bénéficient de plus de flexibilité.

« Le job idéal n'existe pas »

29 % des salariés belges ne s'attendent pas à trouver un jour « le job idéal ». 31 % indiquent qu'ils n'ont pas encore trouvé l’emploi idéal, mais qu'ils ont un plan d'action clair pour y arriver. 1 sur 5 (19 %) affirme envisager un salaire inférieur en échange de l'emploi de ses rêves.

Les principales motivations des personnes voulant changer d’emploi sont le manque de perspectives d’évolution (43 %), la recherche d'un nouveau défi (34 %) et l'insatisfaction par rapport à la rémunération (33 %).

« Pour stimuler la motivation d’un employé, une augmentation de salaire n'est souvent pas suffisante. La satisfaction au travail est d'abord et avant tout déterminée par le travail lui-même et la culture de l'entreprise. Osez parler à vos employés de leur emploi idéal et essayez d’y contribuer », conclut Joël Poilvache. 

A propos de l’enquête

Enquête en ligne réalisée par le bureau d’étude iVOX pour le compte de Robert Half entre le 4 octobre 2019 et le 15 octobre 2019 auprès de 1 000 salariés belges, qui composaient un échantillon représentatif en matière de langue, de sexe, d’âge et de diplôme. La marge d’erreur maximale pour 1 000 travailleurs belges est de 3,02 %.

À propos de Robert Half

Membre de S&P 500, Robert Half est le premier et le plus grand cabinet de recrutement spécialisé au monde. Fondée en 1948, la société compte plus de 300 bureaux répartis aux quatre coins de la planète, dont 11 en Belgique. Robert Half propose des solutions de recrutement sur base temporaire et permanente pour les professionnels de la finance et comptabilité, ainsi que des services financiers (secteur de la banque et des assurances), de l’intérim management, de l’IT, de l’administration et des matières juridiques. Plus d’informations sur roberthalf.be.

 

1 Une petite entreprise est une entreprise indépendante comptant moins de 50 employés.

2 Une entreprise de taille moyenne, appelée petite ou moyenne entreprise (PME), est le secteur d'activité composé d'entreprises comptant jusqu'à 250 employés.

3 Une grande entreprise est une entreprise de plus de 250 employés.

Contactez-nous
Amandine Baufayt PR Consultant, Weber Shandwick
Amandine Baufayt PR Consultant, Weber Shandwick
A propos de Weber Shandwick Brussels

About Weber Shandwick 

Weber Shandwick is a leading global communications network that delivers next-generation solutions to brands, businesses and organisations in major markets around the world. Led by world-class strategic and creative thinkers and activators, we have won some of the most prestigious awards in the industry. Weber Shandwick was named to Ad Age’s Best Places to Work in 2019 and was the only PR firm designated an Ad Age A-List Agency Standout in 2017 and 2018. Weber Shandwick was also honoured as PRWeek’s Global Agency of the Year in 2015, 2016, 2017 and 2018, and The Holmes Report’s Global Agency of the Year in 2015, 2017 and 2019. The firm earned 25 Lions at the 2019 Cannes Lions International Festival of Creativity. Data-led, with earned ideas at the core, the agency deploys leading and emerging technologies to inform strategy, develop critical insights and heighten impact across sectors and specialty areas, including brand and B2B marketing, healthcare marketing, change management, employee engagement, corporate reputation, crisis management, data and analytics, technology, public affairs, social impact and financial communications. Weber Shandwick is part of the Interpublic Group (NYSE: IPG). For more information, visit http://www.webershandwick.com

Weber Shandwick Brussels
Avenue de Cortenbergh 100
B-1000 Brussels